Et les pays du tiers-monde, eux ?

Par Darya Nouhi

La semaine passée, j’ai appelé mes grands-parents qui sont en Iran afin d’avoir des nouvelles d’eux : « Ça va bien ? Y’a-tu d’la neige ? Quelle est la situation du covid là-bas ? ». Bref, des questions de base quoi. Cependant, il y a une série de questions que les Iraniens à l’étranger demandent constamment aux Iraniens qui vivent encore en Iran: « Y’a-tu eu de la pluie ? Est-ce que le smog a assez diminué pour que vous alliez dehors et respirer un bon coup d’air ? ». Quand j’étais plus jeune, je pensais que cette question était normale et je n’y pensais pas. Mais maintenant, je comprends le regard inquiet qui s’affichait sur le visage de mes parents lorsqu’ils attendaient une réponse à cette question. Ce n’est PAS NORMAL de poser cette question à qui que ce soit, dans n’importe quel pays que ce soit. Depuis quand et pourquoi est-ce qu’un être humain devrait-il hésiter à aller dehors simplement parce qu’il a peur du niveau de pollution dans l’air? 

Un fait troublant que j’ai remarqué à travers le temps, c’est que les pays du tiers-monde sont les premiers affectés par le réchauffement climatique. Bien sûr, vers 2020, les pays riches du G7 ont lentement commencé à prendre des mesures écologiques, puisque c’est aux alentours de cette année que les effets du réchauffement climatique ont commencé à se manifester auprès des grands pays riches. Or, les pays du tiers-monde, eux, ça fait longtemps qu’ils sont victimes des conséquences des changements climatiques. Mais pourquoi au juste? Eh bien, c’est principalement à cause de leur emplacement géographique et de leurs ressources limitées. 

Premièrement, comme nous le savons tous, les pays du tiers-monde sont tous considérés comme étant en voie de développement, ou simplement, sous-développés. Le fait que ces pays soient situés là où ils le sont joue un grand rôle dans la vulnérabilité que ces états ont face à différents enjeux mondiaux, comme le réchauffement climatique, les guerres, les catastrophes naturelles, etc. Pour donner un exemple, je reprends l’Iran, puisqu’il s’agit du pays sur lequel j’ai le plus de connaissances. La capitale de l’Iran (Téhéran) a toujours été connue comme étant une des villes les plus polluées au monde, et cela est dû au fait que la grande métropole est entourée de montagnes, ce qui ne permet pas à l’air de circuler normalement et de changer. Un autre bon exemple serait l’Inde, un des pays les plus pollués et peuplés du monde. Vu que la majeure partie du pays est entourée par l’Océan Indien, les inondations se font de plus en plus fréquemment à cause de l’augmentation excessive du niveau d’eau.

Deuxièmement, en raison de leur pauvreté, les pays du tiers-monde n’ont simplement pas les moyens d’adopter des initiatives leur permettant de freiner les nombreuses conséquences des changements climatiques qui les affectent. Selon plusieurs experts, en Iran, une des causes principales de l’émission de GES serait l’utilisation de vieilles marques et modèles d’automobiles et de motos qui consomment plus d’essence que les modèles plus récents. Ces derniers sont beaucoup trop dispendieux pour une population à revenu assez faible. De plus, dans les pays plus pauvres, les enjeux environnementaux ne sont pas discutés et n’ont aucune place dans l’éducation des enfants qui sont pourtant les adultes de demain qui devront vivre avec les conséquences de l’effet de serre. 

De jour en jour, la santé de notre planète se dégrade de plus en plus. Le niveau de pollution mondial grimpe à un rythme fort inquiétant. Des politiciens comme Justin Trudeau et François Legault semblent enfin accorder une importance au futur de notre Terre et à celui des jeunes générations. Ils ont tous les deux déclaré l’amorce de plans verts visant à réduire l’empreinte écologique du Québec et du Canada d’ici 2035. Mais, ne pensez-vous pas qu’il serait grand temps d’ajouter à ces plans (qui sont d’ailleurs critiquées par de nombreux environnementalistes) l’aide aux pays qui en ont besoin? Comment peut-on vraiment freiner les changements climatiques de la Terre entière si c’est seulement une minorité des pays du monde qui a les moyens de prendre des mesures écologiques? Les enjeux environnementaux, c’est maintenant que ça se passe. et si on ne prend pas mondialement toutes les initiatives, il sera beaucoup trop tard, et la Terre sera une fois pour toute condamnée à mort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :