Semaine 8 – Petit tour dans la cuisine partie 2/2

Par Ambre Savard

Principal R : refuser (le gaspillage)

Pour faire suite à la partie 1 de Petit tour dans la cuisine, voici maintenant la partie 2, qui se concentrera sur comment éviter le gaspillage alimentaire. 

Agir en amont

Éviter le gaspillage, ça se prévoit. Par exemple, en connaissant l’appétit de sa famille. Dans ma famille, on raffole des salades froides parce qu’elles s’apportent bien en lunch le lendemain. On va souvent doubler la recette. Cependant, on ne doublera pas une recette de soupe ou de barbecue, parce que nous savons que nous ne le mangerons pas au cours de la semaine. Ainsi, on s’assure que les restes que nous produisons seront mangés dans un temps raisonnable. 

Agir en amont signifie aussi de prévenir le gaspillage en diminuant les quantités d’une nouvelle recette. C’est la première fois que vous cuisinez une lasagne épinard/pâte de chou-fleur? Accompagnez la nouvelle lasagne avec des à-côtés qui sont sûrs de plaire et un peu moins du plat principal. Comme ça, si la recette est 100% approuvée par la famille, vous saurez que vous pouvez en faire des tonnes (selon l’appétit de la tablé). Mais si la recette est un flop total, au moins vous aurez moins de reste à passer ailleurs et un maximum de gaspillage sera évité. 

Avec ce qu’il reste

Vient le meilleur. En effectuant quelques recherches ou en jasant avec le monde, on découvre plein d’astuces géniales pour récupérer un max d’aliments. Du plus classique (le pain aux bananes avec les vieilles bananes) au plus extravagant (de la farine de pelure d’oignons) en passant par delà le produit alimentaire (une bouillotte composée d’un sac et de noyaux de cerises). Le tout en évitant le gaspillage inutile, par exemple les pelures qu’on peut manger. La pelure du concombre, des carottes, des pommes et des patates, etc. tout ça se mange! Plus de trucs sur les pelures et autres petits restes de tables:

https://economiesetcie.com/2017/10/pelures-epluchures-recettes/ https://www.pensees-sauvages.com/2017/05/30/reutiliser-ses-epluchures/

Dans ces deux articles (et bien d’autres encore!), les auteurs proposent aussi de se servir de ces restes végétaux dans les cosmétiques ou les produits nettoyants. Comme quoi tout est lié. 

Ensuite, nous avons tous dans nos frigo des produits un peu trop précis, comme de la moutarde finlandaise ancienne orange et amande, que nous ne savons pas où passer. L’avantage des sauces, c’est qu’on peut les mettre partout: comme vinaigrette pour les salades, en marinade, pour remplacer le ketchup ou la mayo, pour badigeonner le maïs et autres aliments au barbecue ou pour tremper les légumes en trempette. Une sauce spéciale ajoutera du piquant dans le menu, aussi banal soit-il!

Finalement, laissez libre cours à votre imagination. La cuisine est un endroit créatif, et tous les plats inventés ne peuvent pas que déplaire. Certains seront meilleurs, bien entendu, mais le plaisir que cela apporte est incomparable. Peut-être ferez-vous de belles découvertes? 

En attendant, voici ma recette de la semaine, avec de vieilles céréales qu’on ne mange pas vraiment : Les Cheerios krispies!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :