Les créations de la maison

Figée dans le temps

 Par Laetitia CP

Au rythme du vent et la durée d’une sérénade,

Des émotions aussi fortes et intenses qu’une noyade,

Un univers féerique automnal, digne d’un film phénoménal,

J’ouvre mes yeux remplis de curiosité pour être impressionnée,

Les feuilles d’arbres aux couleurs du feu accompagnées d’un ciel bleu,

J’ai le sentiment de voir une explosion déchaînée de bonheur,

Mes ami(e)s me trouvent rêveuse, je suis simplement de bonne humeur,

Un délicieux café fruité, j’ai dégusté, pour le futur, pour lequel je suis excitée,

Frileuse naturellement, je cherche une couverture pour m’emmitoufler,

Être célibataire, c’est me mettre constamment en priorité,

Trouver une autre moitié serait incroyable, mais effrayant,

J’ai tellement peur de l’attachement à cause de mon été,

L’automne me réconforte et me fait oublier mes blessures du passé,

Une randonnée en forêt, une cueillette de pommes, que de belles activités,

Je me ressource en compagnie de ma vie, incluant ma famille et mes ami(e)s,

Je me laisse guider par ma sérénité, j’adore avoir de la liberté,

Comblée par les jolis paysages, c’est finalement le temps d’un massage.

Ma flamme intérieure

Par Marillalys

Il y a une flamme qui brûle en moi,

Une flamme puissante, insatiable, 

Déterminée, elle attend le bon moment avant de pouvoir s’enflammer,

Allumée, elle n’hésite pas à tout brûler, 

Forte et persévérante, ce n’est qu’une question de temps avant que cet éclat vacillant n’impose le changement, 

De simple flammèche à Feu de Bengale rien ne l’égale,

Par la puissance de son caractère, ce brasier intérieur s’entête constamment avec mon être, pour que jamais je ne m’arrête,

Que serait ma vie sans cette imperturbable étincelle ? 

Cette braise ardente , qui allume mon coeur et embrase mes tripes, 

Cet éternel crépitement qui anime mon corps et porte mon âme, Grâce à cette flamme, j’ai pu avancer et surmonter l’insurmontable,

Grâce à elle, j’ai pu revivre, tel un phoénix renaissant de ses cendres,

Attisée par ce besoin ardent d’éclairer le monde,  cet esprit orangée se doit de répondre à la détresse des âmes en peine,

Parfois mon foyer craque, puis s’effondre de désespoir, et cet éclat rougeoyant est alors mon seul guide, capable de pouvoir m’orienter vers la sortie de tous mes maux, 

Mais dans la frénésie de cette danse enflammée, mon être ne peut que succomber à l’appel criant de cette flamme et de lui être fidèle…

Un voyage

Par Pearls

Mes larmes se sont éparpillées un peu partout dans le monde entier

Ils ont regardé le soleil se lever et l’aurore se coucher

Ils ont surpris les vagues en flagrant délit et la mer se déchaîner sur le continent 

Ils ont été témoin du printemps et de ses fleurs de magnolia s’épanouir 

Ils ont vu un champ renaître et des couleurs prendre vie 

Ils ont aussi vu les nuages et la Terre se côtoyer 

L’immensité du ciel

Et la créativité des nuages 

Ils ont rêvé

Imaginé le monde autrement

Plus beau 

plus excitant 

Ils ont vu la douleur dans les yeux de certains êtres

Et la tristesse aussi qui perle dans leur iris

Ils ont été témoin de leur courage 

Dans la façon dont ils marchent

Dans la façon dont ils parlent

Avec douceur et gentillesse 

Avec empathie et espoir

Même meurtris de l’intérieur 

Ils restent brave 

Ils ont vécu le grand amour

Et ils ont aimé au-delà des frontières possibles 

Ils ont trop aimé 

Et parfois pas assez 

Mais ils ont vécu

Et ils n’ont pas regretté 

Vulnérable violente

Par Takia

désole-toi du malheur que j’ai survécu

victime de tes maux 

je ne suis plus à l’abris de tes mots

désole-toi de tes tords

beigne dans tes remords

je suis sur la plage, à la marge

au bout de la ligne, à la dernière page

j’ai besoins d’au moins une saison 

pour réapprendre à vivre

chasseuse-cueilleuse

je veux manger mes propres baies 

charnelle connasse

tu me lances des mûres à la face

j’ai ton corps, je le cache

dysphorie de nous

vulnérable violente

reviens à moi quand tu seras

ce que je sais

ce que je veux

ce que je suis

reviens bête

lèche moi les pattes 

l’agneau ne peut pas être berger

une pomme ne naît pas pommier

pognée dans tes griffes 

l’agneau n’est pas fils d’une louve 

épargne-moi la carcasse 

charnelle connasse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s