VOG

Par Odile Lefrançois

Si tu fais partie de notre société, tu as probablement un rapport au sexe qui est influencé par à peu près tout ce qui t’entoure. L’image de la femme, en particulier, est partout. On te montre comment elle devrait se présenter, s’entretenir, mettre mille et une crèmes, ou au contraire, ne pas toucher ni à sa peau ni à ses poils dans l’optique de faire d’elle un modèle au naturel. Mais rarement te rappelle-t-on que toute personne ayant un utérus est dans l’obligation d’en prendre soin, certaine plus encore que d’autres.

Attention, je vais utiliser ici un mot effrayant ; les services gynécologiques. Si tu tapes ces mots dans un moteur de recherche, tu risques de tomber sur une multitude d’histoires d’horreur. À grande échelle, tu liras le récit de rendez-vous sanglants, douloureux, et plus souvent que de raison, honteux. Bien sûr, c’est épeurant, ça ne donne pas envie d’aller consulter, même pour un simple rendez-vous annuel.

Les gynécologues sont évités comme la peste, alors que, comme n’importe quel spécialiste, ils sont tellement nécessaires à notre santé.

Peu de personnes qui ont déjà été consultées en gynécologie auront réellement une telle histoire à te partager. Néanmoins, beaucoup resteront suite à cette rencontre avec un inconfort, sans trop savoir pourquoi. Souvent, c’est qu’elles ont été victimes d’un phénomène dont on ne parle que très peu, les violences gynécologiques ordinaires. Ordinaires comme dans « qui passent inaperçues » ou « qui sont considérées dans la norme. »

De telles situations surviennent lorsqu’un spécialiste n’écoute pas tes demandes, ne respecte pas tes choix ou émet un jugement sur ta sexualité ou son absence, te prescrivent des examens ou médicaments sans ton accord, ou tout simplement, t’infantilisent. Un médecin qui ne communique pas et ne répond pas aux questions ou de manière vague seulement ou qui t’oblige à chercher plus tard des compléments d’information essentiels ne fait pas bien son travail. C’est aussi simple que ça.

On t’aura déjà répété à maintes reprises qu’aller consulter un spécialiste de la santé c’est entrer dans un univers sécuritaire, où tu as le droit de vivre tes anxiétés et de les exprimer. Une clinique sans jugement te dit-on. Pourtant, c’est un phénomène commun de vivre du stress à l’idée de s’y rendre. En tant qu’humains, nous savons tous qu’il est très difficile de n’avoir aucun avis sur un certain sujet.

Les services gynécologiques ne font cependant pas exception à la règle. Historiquement, les médecins possédaient le savoir unique sur le corps et leur avis était supérieur à celui de tous autres. Malheureusement, une parte de cette tradition perdure avec le temps et on hésite souvent à contredire les recommandations faites par un professionnel.

Toutefois, si tu hésites face à certaines informations qui contreviennent à tes croyances ou à tes valeurs, tu as parfaitement le droit d’obtenir un second avis. Ce peut être fort intimidant de se déshabiller devant un étranger ou de lui parler d’un aspect aussi intime de ta vie que ta sexualité, mais c’est justement pour cette raison que tu as le droit de te sentir parfaitement confortable à ce sujet.

Les violences gynécologiques ordinaires sont plus répandues que l’on ne pourrait le croire, et ce sont souvent elles qui sont la cause de la mauvaise presse que l’on fait aux gynécologues. Pourtant, des personnes qualifiées au Québec, il en existe des milliers. Prendre soin de sa santé sexuelle est loin d’être un luxe et même si le temps d’attente est parfois très long, sache qu’il y a différentes options qui sont à ta portée pour répondre à tes questions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :