Semaine 3 – Par où commencer ?

Par Ambre Savard

Principal R : réduire

Maintenant que le ZD est bien défini, il est temps de se lancer dans l’aventure! Mais par où commencer? Ça tombe bien, c’est le sujet de la semaine.

Avant toute chose, il faut s’assurer d’être prêt mentalement. Aller trop vite ou sauter des étapes peut effrayer et rendre la démarche pénible, ce qui n’est pas désirable. Cet inconfort pourrait même mener à l’abandon du changement en cours. Pour éviter tout cela, il faut suivre son rythme personnel et ne pas s’imposer des choses auxquelles nous ne sommes pas prêts. Il faut penser à ce que l’on veut changer, jusqu’où on veut aller et quel investissement personnel nous sommes prêts à mettre. Se fixer des objectifs et les revoir en chemin peut aider. 

Se fixer de bons objectifs

Aux cadets, on m’a toujours dit que, pour persévérer dans ses objectifs, ils devaient répondre à l’acronyme SMART. Soit Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporel. On ne grimpe pas le mont Everest sans un bon plan de match ! Pareil pour le ZD. 

Désencombrer

Vous avez des difficultés à trouver vers quoi vous enligner ? C’est l’heure de désencombrer !

Désencombrer, du deuxième R réduire, peut aider à mettre ses objectifs en vue. Il est intéressant à faire même lorsqu’on connaît nos objectifs ! C’est comme un grand ménage du printemps où on prend chacune de nos possessions et on analyse son utilité dans notre vie quotidienne. Évidemment, il faut y aller une pièce à la fois pour ne pas se sentir submerger. Voici une photo de ma chambre qui contient tout ce que j’y ai retiré.

Il y a là-dedans des vêtements en très bon état, des livres de toutes sortes, un réveille-matin fonctionnel et des jeux à donner (vous pouvez aussi vendre si ça vous chante, mais je n’ai pas la patience ni l’envie de le faire alors je donne). Il y a d’autres produits comme la vielle boite et les papiers d’anciens travaux qui ne se donnent pas, mais se recyclent au moins. Et finalement, ce qui ne se donne pas et ne se recycle pas ; les vieux pots de crème entamés, des bonbons à moitié mangés, etc. 

Il faut penser à vérifier s’il n’y a pas des articles qui demandent une fin de vie particulière, comme c’est le cas pour les sert-plus-à-riens (les vieux électroniques) et les batteries. 

Il y a évidemment encore bien des choses dans ma chambre, comme un vieux toutou que j’ai reçu à ma naissance et qui, sans que je l’utilise, a une valeur forte pour moi. Ne vous forcez pas à donner/vendre/recycler/jeter ce genre de bien. C’est une limite personnelle tout à fait compréhensible.

Dans son livre, Monica Da Silva propose de remercier les biens dont on se débarrasse. Leur dire merci d’avoir été là pour nous consoler ou nous réveiller, leur dire merci d’avoir facilité nos apprentissages dans la cuisine ou à l’école, bref, prendre en compte le service que ce bien nous a offert et offrir une terminalité à la relation. Ça peut aider à se départir de certains objets. 

Après avoir désencombré, il ne faut pas tout re-remplir! En enlevant ainsi tout ce qu’il y a de superflu ou d’inutile, on ouvre la porte à un nouveau vent. Ça aide à faire une croix sur le passé pour mieux repartir (comme c’est poétique). 

Ce nouvel environnement vous guidera dans votre démarche. Il est plus facile d’y voir clair et ainsi plus aisé d’embrasser à pleine bouche le changement. Maintenant que le ménage est fait, que les objectifs sont définis, ne reste plus qu’à s’accrocher et à plonger tête première dans cette merveilleuse démarche!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :