Oíche Shamhna, la nuit de la fin de l’été

Par Odile Lefrançois

Il fait noir. Les petits monstres sortent dehors, accompagnés d’animaux et de créatures féériques en tous genres pour collecter le trésor le plus convoité de l’année : des sucreries. De maison en maison, ils se promènent entre les citrouilles, prenant possession des rues qui leurs sont habituellement interdites, pendant que les plus grands se confinent dans les sous-sols de la ville, rivés devant leurs écrans sanglants. C’est l’Halloween. 

La Samain

Cette fête aujourd’hui agnostique a cependant une histoire bien plus ancienne et complexe. Malgré son nom provenant de la contraction anglaise « eve of All Hallows’ Day » (la veille de tous les saints), elle est plutôt originaire de la mythologie celtique irlandaise. Elle représente une tradition de plus de 2500 ans marquant le passage de la saison claire à la saison sombre, ce qui correspond aujourd’hui aux saisons estivales et hivernales. On l’appelait la Samain. 

Toutefois, cette fête servait plutôt à célébrer le nouvel an. La célébration durait alors une semaine, séparée au milieu par la Samain. Les trois premiers jours étaient consacrés à clore l’année qui s’était écoulée et les trois jours suivants, à accueillir celle à venir. Une semaine entière où notre monde et celui des morts se confondent et où la limite entre les deux est vague. Cette semaine n’appartient à aucun de ces deux mondes, et ne fait partie ni de l’année qui se termine, ni de celle qui commence. Ce moment est traditionnellement utilisé pour faciliter la communication avec les morts, la croyance voulant qu’ils puissent retourner visiter leur demeure terrestre. 

De l’Irlande à l’Amérique

Lors de la Grande Famine de 1845, particulièrement violente en Irlande, la population des pays  affectés s’est vue forcée d’émigrer vers de nouvelles  terres . C’est à ce moment que l’Amérique reçut un bon nombre de migrants . Environ deux millions d’Irlandais établirent ainsi leur demeure au Canada et aux États-Unis, apportant avec eux leurs coutumes et leurs rites, dont la Salmain. 

En arrivant sur ce  nouveau continent, cette tradition ancienne se heurta à d’autres mythes déjà présents et c’est de ce mélange que naquit l’Halloween. Par exemple, le Jour des Morts mexicain donna à la fête telle que nous la connaissons, ses couleurs orange et noir, ainsi que la tradition des maquillages et costumes. Ceux-ci servaient alors à imiter les esprits maléfiques qui hantent les villes lors de cette nuit spéciale. 

La coutume voulant que les enfants se promènent de porte en porte vient également de ce mélange culturel. En effet, c’est du côté du mythe gaélique que l’on trouve la présence d’offrandes aux morts venus nous visiter, dans le but de les satisfaire, un esprit mécontent pouvant rester errer dans la ville au-delà de la période prescrite. Avec le temps, les enfants s’approprièrent ce pèlerinage, et la nourriture devint exclusivement des friandises, ce qui leur plaisait davantage. 

Et la citrouille ? 

La légende irlandaise de Jack à la lanterne est elle aussi inscrite dans la mythologie celtique. Selon le conte, Jack, un humain paresseux et appréciant l’ivresse de l’alcool, avait pour habitude de défier le diable. À sa mort, celui-ci ne désire pas l’accepter en Enfer en raison du comportement de Jack sur Terre, mais ses agissements ne lui permettent pas non plus l’accès au Paradis, il est donc condamné à errer éternellement, entouré de noir, possédant uniquement une bougie qu’il place dans un navet pour la protéger. 

Avec le temps, le légume fût remplacé par une citrouille, étant plus pratique par sa taille et plus abondante en Amérique, et c’est ainsi que l’on se remémore le passage sur terre de Jack à la lanterne, qui réapparaît chaque année, lors de la nuit du 31 octobre, anniversaire de sa mort. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s